Novembre 2022

09/11/2022
https://www.cherie106fm.com/

Théâtre

La saga de Molière

COMPAGNIE LES ESTIVANTS


"La saga de Molière", le récit décalé des débuts du dramaturge par une jeune compagnie marseillaise.

La Compagnie Les Estivants présente une véritable Saga pour découvrir Molière, le dramaturge, mais aussi l’homme qui se cache derrière. De ses années d’errance en province à ses premiers succès parisiens, de la protection du roi aux pires calomnies, Johana Giacardi et ses acolytes nous racontent l’histoire mythique du plus grand auteur français.

« C’est la légende, la quête d’un idéal persistant, qui m’attirent et m’inspirent » explique la metteuse en scène, qui voit en Molière un aîné. Loin d’un portrait sérieux d’historien, elle raconte l’effervescence de sa vie d’artiste en s’emparant de ses fables. L’énergie de la troupe emporte le public du XXIe siècle dans l’imaginaire du XVIIe siècle.

Leur spectacle nomade part avec Molière à la rencontre d’un absolu, celui du plaisir de raconter des histoires pour tous, dans un théâtre plus vivant que jamais.

"Nous prenons la liberté de raconter la vie de Monsieur de Molière selon notre propre représentation du théâtre de l’époque". JOHANA GIACARDI

ÉCRITURE ET MISE EN SCÈNE : JOHANA GIACARDI
AVEC VALENTINE BASSE, ANNE-SOPHIE DEROUET, NAÏS DESILES, EDITH MAILAENDER ET JOHANA GIACARDI

« LA SAGA DE MOLIÈRE »

à

Salle Polyvalente - Berre L'Etang (13)


Molière sa vie, son oeuvre...

• 1622 : Naissance à Paris de Jean-Baptiste Poquelin, fils d'un tapissier ordinaire du roi, fournisseur officiel de la cour en étoffes d'ameublement et petit mobilier.

• 1632 : Mort de Marie Cresé, la mère de Jean-Baptiste Poquelin, alors que ce dernier n'a que 10 ans.

• 1635 : Jean-Baptiste entre au collège jésuite de Clermont (actuel lycée Louis-le-Grand). Il a pour condisciple le prince de Conti, qui deviendra l'un de ses protecteurs.

• 1640 : Il étudie le droit à Orléans.

• 1641 : Jean-Baptiste est avocat.

• 1643 : Il décide, contre l’avis de son père, de devenir comédien. Avec sa maîtresse, Madeleine Béjart, certains membres de la famille de celle-ci et quelques autres comédiens, il fonde la compagnie l’Illustre-Théâtre. Il prend le nom de Molière. Les raisons qui l'ont incité à choisir ce pseudonyme n'ont jamais été élucidées.

• 1645 : La troupe fait faillite. Emprisonné pour dettes en août, Molière est libéré grâce à l'intervention de son père. La même année, il quitte Paris avec la troupe de Charles Dufresne. Ensemble, ils vont parcourir la France pendant treize ans.

• 1650 : Molière devient le directeur de la troupe de Charles Dufresne.

• 1653 : Le prince de Conti parraine la troupe de Molière. Il la prendra sous sa protection jusqu'en 1656.

• 1655 : Molière devient auteur dramatique. Il écrit L'Etourdi ou les Contremps.

• 1658 : Molière a trente-six ans. Il rentre à Paris, fort d'une double expérience d'acteur comique et d'auteur dramatique et reçoit bientôt la protection de Monsieur, le frère du roi. Il joue devant le jeune Louis XIV Nicomède et Le Docteur amoureux. Ces pièces plaisent au roi, qui accorde à la troupe le droit de partager avec les comédiens-italiens la salle du Petit-Bourbon.

• 1659 : Molière connaît un grand succès avec Les Précieuses ridicules.

• 1660 : Sganarelle ou le Cocu imaginaire est un nouveau triomphe pour Molière.

• 1661 : Après la destruction de la salle du Petit-Bourbon, la troupe de Molière s'installe définitivement au Palais-Royal. Les représentations de L’Ecole des maris et des Fâcheux assoient sa renommée.

• 1662 : Molière épouse Armande Béjart, la fille de Madeleine Béjart. Ce mariage avec la fille de sa maîtresse lui vaut d'être accusé d'entretenir des relations incestueuses : selon certains, Armande serait la propre fille de Molière. • L'Ecole des femmes, la première des comédies de la maturité, soulève des questions importantes (l’institution du mariage et l’éducation des filles) et tranche avec les thèmes habituels de la farce ou de la comédie à l’italienne. La pièce irrite certains auteurs concurrents autant qu’elle choque les tenants de la morale traditionnelle, qui la jugent obscène et anti-religieuse. La pièce vaut à Molière une longue polémique.

• 1663 : Molière répond à ses adversaires en écrivant La Critique de l’école des femmes et L'Impromptu de Versailles, pièces dans lesquelles il tourne en dérision ses détracteurs (petits marquis, faux vertueux, troupe rivale de l'hôtel de Bourgogne…). Il obtient cependant le soutien du roi.

• 1664 : Représentation du Mariage forcé et de La Princesse d'Elide. • Le Tartuffe, joué à Versailles dans une version abrégée, mais interdit de représentation publique par le roi, choque les catholiques. Molière est critiqué pour avoir mis en scène un personnage de faux dévot qui jette le doute sur la sincérité de tous les dévots. La pièce est interdite à la demande de l’archevêque de Paris. La querelle du Tartuffe durera près de cinq ans.

• 1665 : Louis XIV décide de prendre officiellement Molière sous sa protection. Il décerne à ses comédiens le titre de « troupe du roi ». • Dom Juan, qui met en scène un libertin et que le prince de Conti définit comme une « école d’athéisme », ne sera joué que pendant quinze jours. Le contexte puritain et les pressions contraignent Molière à retirer la pièce et à ne pas la publier. • L'Amour médecin.

• 1666 : Le Misanthrope, Le Médecin malgré lui, Melicerte.

• 1667 : La Pastorale comique, Le Sicilien ou l’Amour-peintre.

• 1668 : Amphitryon, Georges Dandin, L'Avare.

• 1669 : Monsieur de Pourceaugnac, Le Tartuffe, enfin autorisé, connaît un triomphe.

• 1670 : Le Bourgeois gentilhomme. Cette comédie-ballet, dont Lully compose la musique, fustige le snobisme de monsieur Jourdain, un piètre imitateur de la noblesse. Les Amants magnifiques.

• 1671 : Psyché, La Comtesse d’Escarbagnas, Les Fourberies de Scapin.

• 1672 : Les Femmes savantes. Cette année-là, Molière est supplanté par Lully, promoteur de l’opéra en France, qui obtient le privilège royal lui accordant l’exclusivité de la représentation des œuvres chantées et dansées. Par faveur spéciale, le roi autorise toutefois Molière à intégrer des scènes musicales et chorégraphiques dans Le Malade imaginaire.

• 1673 : Création du Malade imaginaire au Palais-Royal. Lors de la quatrième représentation, Molière est pris d'un malaise. Il est transporté chez lui, rue de Richelieu. Molière meurt d'une hémorragie. N'ayant pas abjuré sa profession de comédien, il ne pourra, malgré son désir, recevoir les derniers sacrements. Molière échappe de peu à la fosse commune. Il est inhumé grâce à l’intercession d’Armande Béjart auprès de Louis XIV. Il est enterré de nuit, suivi par de nombreux amis, sans aucune cérémonie. En effet, à cette époque, les comédiens sont excommuniés : accusés de promouvoir les passions mauvaises, ils ne peuvent ni se marier, ni recevoir une sépulture chrétienne.